TREMBLEMENT DE TERRE EN PROVENCE


Le jour où la Provence tremblera

L'EPR est un réacteur aux performances industrielles et environnementales accrues, une sûreté améliorée selon EDF

Séismes . Un siècle après le tremblement de terre de Lambesc, les études montrent que, dans cette région, à magnitude égale, le nombre de victimes et les dégâts seraient dix fois plus importants.

" Les montagnes se fendent par le milieu (…) de sorte que les pauvres gens ne peuvent être sûrs d'avoir retraite salutaire aux champs ni aux villes. " Cet extrait d'une lettre envoyée au comte de Tende par le fils de Nostradamus est l'un des rares documents écrits en possession des historiens à propos du terrible séisme de 1564 dans les Alpes du Sud, qui provoqua la mort d'environ huit cents personnes, chiffre épouvantable pour l'époque.
Trois villages de montagne furent rayés de la carte dont un noyé dans les eaux d'une rivière dont le cours fut stoppé par les éboulements provoqués par la secousse tellurique. Sur la côte, les témoins décrivent un tsunami : les ports d'Antibes notamment furent mis à sec avant qu'une gigantesque vague ne déferlât sur les jetées, écrasant tout sur son passage.

Des microséismes quotidiens
Depuis, le Sud-Est a été régulièrement affecté par les tremblements de terre. On dénombra 630 morts en Ligurie italienne et 10 morts sur la Côte d'Azur après la secousse de 1887 et 46 morts dans la région d'Aix-en-Provence en 1909 (lire ci-dessous). De nombreux Provençaux ont encore en mémoire l'angoisse ressentie le 19 juillet 1963 lorsque se produisit un séisme de magnitude 5,8, accompagné d'un petit raz de marée. Ou encore pendant celui du 21 avril 1995, au large des côtes, de magnitude 4,7. Mais c'est quasi quotidiennement que cette région est sujette à des microséismes.
Le chevauchement des plaques tectoniques eurasienne et africaine (responsable de la formation des Alpes) se poursuit inexorablement… Et comme le dit Wolfgang Jalil, de l'Association française du génie parasismique, lors d'un colloque scientifique à Aix-en-Provence marquant, le 11 juin dernier, le centième anniversaire du séisme de Lambesc, " là où un séisme passe une fois, il repasse, mais on ne sait jamais quand… ".
Personne n'a pourtant osé imaginer les conséquences précises d'une telle catastrophe dans cette Provence aujourd'hui urbanisée à outrance et connaissant une forte poussée démographique, notamment dans l'arrière- pays. Un essai de simulation a toutefois été réalisé en 1982 par le conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur à partir des données plus ou moins précises du séisme de Lambesc. Il situait le nombre probable de morts à un millier, le nombre de blessés entre 2 000 et 6 000 et le total des dégâts matériels à 5 milliards de francs.

Vingt-cinq ans après, le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) a mené une étude similaire mais pour le seul département des Bouches-du-Rhône. Elle fait apparaître qu'en cas de secousse de magnitude 5,5 près de 730 logements subiraient des dommages graves et deviendraient inhabitables, 2 500 autres habitations devant être temporairement évacuées, ce qui générerait des dizaines de milliers de sans-abri. Le nombre de morts pourrait s'élever jusqu'à 400 et l'on compterait un millier de blessés. Des chiffres comparables à ceux du récent séisme de L'Aquila (Italie centrale) qui a fait 300 morts et près de 60 000 sans-abri.

préserver l'image de marque de la région…
Pendant longtemps, ces mises en garde des scientifiques ont été ignorées, voire tournées en ridicule par des autorités politiques locales soucieuses avant tout de préserver l'image de marque touristique de la région.
On se souvient de Jacques Médecin expliquant, sans rire, au lendemain d'un tremblement de terre dévastateur en Californie, que la région de Nice " était préservée d'une grande secousse grâce aux volcans italiens qui font office de soupape de sécurité ", ou traitant Haroun Tazieff, ministre délégué aux Risques majeurs, de " photographe de volcans ", au lendemain d'une conférence scientifique de ce dernier à l'université.
Depuis quelques années, malgré tout, et depuis que la gauche est aux affaires dans cette région, les mentalités semblent avoir évolué. Un " plan séisme " est mis en oeuvre depuis 2007 qui vise pour l'essentiel à informer objectivement le public dans un but de prévention, et à améliorer la prise en compte du risque sismique dans les constructions. Comme le dit Claire Arnal, chargée de mission au conseil régional PACA : " Ce n'est pas le séisme qui tue, c'est le bâti. "

En la matière, c'est la petite principauté de Monaco qui a montré l'exemple puisque, depuis 1966, toutes les constructions sont conçues pour faire face à un séisme de magnitude 7.
Certains promoteurs immobiliers en ont même fait un argument de vente. En revanche, chez le grand frère voisin, on a vite fait le tour des bâtiments et des ouvrages d'art où sont appliquées les normes parasismiques. Les ponts de l'A8, quelques hôpitaux, les derniers palais des congrès construits dans la région ou encore certaines résidences privées de prestige comme Marina Baie des Anges, à Villeneuve-Loubet, sont équipés pour résister à une secousse qui ne manquera pas de se produire.
" Dans le bâti récent cela va mieux, mais il est vrai que sur le bâti très ancien, non renforcé, on a une fragilité ", admet Claire Arnal. Une fragilité dont souffriraient, notamment, la plupart des immeubles HLM de la Provence parce que, à l'époque de leur construction, le surcoût du parasismique - de 5 % à 8 % du coût total - avait été jugé trop élevé.

Philippe Jérôme, pour l'Humanité

Haut de la page-[menu précédent]



NOMBRE DE VISITEURS ACTUELLEMENT
EN VISITE CE JOUR SUR E-MOSAIQUE
<