Putain d'audience de Patick Sebastien
DE PATRICK SÉBASTIEN

MOTS DITS

(extraits d'un entretien accordé à l'Humanité Dimanche du 06/07/2006)

- " Je suis face à un choix : ou je ne fais que de l'audience, et je me crache dessus en aimant de moins en moins ce que je fais, où je ne m'en préoccupe pas… "

- " Aujourd'hui, il y a une attaque en règle des gens impertinents…Là on canonise littéralement Coluche, alors qu'il était loin d'être un saint, par exemple. Et pas forcément très apprécié à l'époque, parce qu'il l'ouvrait… ".

- " La campagne présidentielle qui s'ouvre, c'est la Star Ac. Franchement quand je vois Sarko ou Sego, qui passent trois fois par jour à la télé, avec le temps que cela prend, je reste perplexe, quand bossent-ils pour nous, ces gens là ? ".

- "Je suis convaincu qu'il faut une opposition forte, sinon le pays va se diriger vers du n'importe quoi.
A partir du moment où on exclut Le Pen du débat politique, tous les exclus vont se retrouver en lui. Il y a un tel mépris de la part des élites!
Pour moi, la cassure, elle n'est pas sociale mais culturelle et humaniste".

- "Regardez les fictions ! Elles montrent des flics tous plus gentils les uns que les autres.
Mais dans la vie, vous en connaissez beaucoup, vous, des flics qui ressemblent à Navarro ou à Julie Lescaut ?

- " La télévision est le premier pouvoir. Et TF1 est la première télévision. C'est une télé qui ne se fait pas pour ceux qui la regardent, mais pour ceux qui la font. Elle n'avance que pour le blé. Quitte justement à nier l'individu, à l'écraser. On n'achète tout le monde… ".

- " Le blé commande tout. La télé n'en veut qu'à votre porte-monnaie. Comment on peut balancer par SMS 10 € à la télé ? ".

- " On rassure le petit peuple en lui montrant aux 20 heures, en hiver, des clodos qui meurent dans les rues. Juste histoire de leur dire : il y a plus malheureux que vous. Je dis juste : " Méfiez-vous. Le jour ù le petit peuple va réagir, ça va faire mal ; "


RÉSUMÉ DU LIVRE

Patrick Sébastien raconte sans concessions la réalité de sa télévision, cette télévision qui l'a fait roi mais qui l'a également mené, un jour d'avril 1996, au bord du suicide.
Ce livre autobiographique est un réquisitoire brûlant, contre tous ces vendeurs cyniques de rêve que Patrick Sébastien a croisé au long de sa carrière. Peu sont épargnés, et surtout pas lui.
Une sincérité totale et courageuse qu'il doit à Lilly, cette petite fille qu'il interpelle tout au long du livre, cette enfant adoptée dont il attend avec sa femme impatiemment l'arrivée.

Parce qu'il faut qu'elle sache qui il était. Trente deux ans de télévision ont rendu l'animateur le plus aimé des français, féroce et déterminé.

'Putain d'Audience' est un grand déballage sur les coulisses de la télé, du star système, et du pouvoir. Lui, prend des risques et dit tout haut son dégoût d'un système et des hommes qui l'incarne, dans une langue au vitriol.

Une galerie de portraits où sont empalés, pêle-mêle, dirigeants de chaînes, animateurs, chanteurs humanitaires habitués des 'Resto du coeur', négriers de la télé réalité, hommes politiques sans scrupules, journalistes et technocrates, lâches et pétris de suffisance...


La télé n'est pas faite par ceux qui y travaillent pas plus que par ceux qui la regardent. Elle est faite d'abord à l'Elysée et à Matignon. Et ensuite par les gens que les deux châteaux ont installés à ses commandes.

Qu'elle soit privé ou d'Etat, elle subit en priorité la loi du service rendu à des intérêts politiques ou commerciaux.

Le reste est au bon vouloir des coqs de basse-cour montés sur des ergots acérés, dont les plus impitoyables n'existent que par le fumier dont ils sont le faîte.

Extrait du livre ( p 43 )



Haut de la page-[menu précédent]