informations, déduction des taux d'intérêts

DÉDUCTION DES INTÉRÊTS D'EMPRUNT : UN IMPACT TRES LIMITE

Le crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt passe de 20 à 40 % la première année de remboursement. Les détails de la mesure annoncée le 24 août par la ministre des Finances Christine Lagarde.

COMBIEN ?
Les particuliers pourront déduire de leurs impôts 40 % des intérêts de l'emprunt qui finance leur résidence principale. Un montant doublé par rapport à ce qui était prévu dans la loi sur le paquet fiscal publiée au Journal Officiel le 21 août dernier. Mais qui ne sera applicable que la première année. Chacune des quatre années suivantes, 20 % des intérêts d'emprunt seront déductibles.

QUAND ?
Point de départ de la déduction : le 6 mai 2007. Dans l'ancien, c'est la date de signature de l'acte authentique qui est prise en compte.
Dans le neuf, c'est la date de déclaration d'ouverture du chantier, qui correspond le plus souvent à la date de signature du contrat définitif. Autrement dit, tous ceux qui ont signé leur acte définitif de vente avant le 6 mai ne pourront pas déduire les intérêts d'emprunt de leurs impôts..

COMMENT ÇA MARCHE ?
La déduction des intérêts d’emprunt s’applique pendant les cinq premières années de remboursement. Sur l’ensemble de cette période, elle est plafonnée à 3 750 € pour une personne seule et à 7 500 € pour un couple marié plus 500 € par personne à charge.
Ces montants sont doublés pour les personnes handicapées. Avec le passage à 40 %, un célibataire pourra déduire de ses impôts 1 500 € la première année (750 € dans l’ancienne version). Pour un couple, la déduction passe à 3 000 € toujours la première année (1 500 € auparavant) plus 100 € par personne à charge. Les années suivantes, le célibataire déduit 750 € par an, le couple 1 500 € plus 100 € par personne à charge. Les personnes non imposables reçoivent un chèque du Trésor public.

DEDUCTION DES INTERETS D’EMPRUNT : VOTRE GAIN MAXIMUM
Célibataire Couple Couple avec un enfant Couple avec deux enfants
Première année 1 500 € 3 000 € 3 100 € 3 200 €
Total 4 500 €
(20 % de plus par rapport à l’ancienne version) 9 000 €
(20 % de plus par rapport à l’ancienne version) 9 500 €
(18,8 % de plus par rapport à l’ancienne version) 10 000 €
(17,6 % de plus par rapport à l’ancienne version)

Source : Empruntis
DEDUCTION DES INTERETS : L’IMPACT SUR VOS PROJETS
Pour un célibataire : pour un prêt de 200 000 € sur 20 ans à 4,80 % hors assurances, 4 500 € sont déductibles sur 5 ans. Du coup, le coût du crédit est ramené de 111 499 € à 106 999 €. Le taux d’intérêt de l’emprunt passe de 4,80 % à 4,60 %.
Pour un couple sans enfants : pour le même prêt, 9 000 € sont déductibles. Le coût du crédit revient à 102 499 € après déduction des intérêts contre 111 499 € sans ce bonus fiscal. Le taux d’intérêt de l’emprunt passe de 4,80 % à 4,42 %.
Pour un couple avec deux enfants : pour le même prêt, 9 935 € sont déductibles. Soit un coût total du crédit de 106 999 € une fois la mesure prise en compte, contre 111 499 € sans déduction. Le taux d’intérêt de l’emprunt passe de 4,80 % à 4,40 %.

Nota : Cette baisse est loin de compenser l'augmentation des taux d'intérêt et du prix des logements constatés ces six derniers mois. Source : Empruntis
LA DEDUCTION VOUS AIDE-ELLE VRAIMENT A ACHETER ?
La mesure, a priori, n’augmente pas votre capacité d’achat. Elle joue l’année qui suit la souscription du prêt. Les banques ne l’intègrent donc pas dans le calcul de votre capacité d’endettement. Du moins en théorie. En pratique, elles pourraient bien en tenir compte, dans la mesure où cette déduction apporte une bouffée d’oxygène, donc davantage de sécurité financière, aux acquéreurs. Ce qui rassure toujours les établissements financiers.
Autre possibilité : vous pouvez, toujours l’année qui suit la souscription du prêt, baisser votre mensualité en proportion du gain obtenu avec la déduction. La plupart des crédits immobiliers comportent en effet des échéances modulables à la hausse comme à la baisse pour s’adapter à l’évolution de votre situation. Cela dit, un cadeau fiscal est toujours bon à prendre.
Les particuliers n’ont donc aucune raison de s’en priver. D’autant que cette déduction « permettra aux familles qui emménagent dans la résidence principale dont elles viennent de faire l’acquisition, de faire face à la tension sur leur budget qui existe au cours des mois qui suivent l’emménagement, pendant lesquels les frais sont exceptionnellement élevés », explique la ministre des Finances C. Lagarde.

A noter : Le prêt à taux 0 %, un crédit gratuit qui aide les particuliers à accéder à la propriété, est maintenu, comme l’a récemment réaffirmé la ministre du Logement Christine Boutin. Sources : De Particulier à particulier

Haut de la page-[menu précédent]