PCF/EVRY le journal de la mode
LE JOURNAL DE LA MODE
 


MODE 2005




ETE 2004


Valentino


Ungaro


Dior

Jacobs


Gaultier

Hash





 
LACROIX
1987, Bernard Arnault, PDG de LVMH convainc Christian Lacroix de créer sa propre maison de haute couture, le pari semble risqué. Les règles du jeu sont, rappelons-le, draconiennes : création obligatoire de deux collections annuelles de modèles exclusifs, un minimum de 120, dont chacun exige 300 heures d’un travail d’artisanat de luxe. Un premier dé d’or avait couronné en 1986 le couturier, alors chez Patou.
Dès 1988, la partie est gagnée: c’est sur son nom et sa propre maison que le jury va miser. Et ses robes du soir «bulles» allait préfigurer une décennie d’excès et d’exubérance.

L’arlésien s’affirme dès lors comme un expert du mélange, un parfait alchimiste. Passant allègrement de la gitane flamenco à l’excentrique anglaise, de la couleur rouge passion au rose corrida, et des matières alliant le satin matelassé à la dentelle, en passant par les broderies Lesage, le tweed et le velours. Lui qui aime les contraires, habille une femme qui ne suit pas la mode, préférant faire la sienne, et délaissant la réalité pour le monde du rêve.

«Christian Lacroix Bazar» naît lors de la saison automne-hiver 94/95, est liée à sa volonté de créer une ligne complémentaire, à la fois autonome (et plus accessible), et faite pour coexister avec le prêt-à-porter et la haute couture. Cette ligne est son plus grand succès. En 1999, enfin, le couturier a dévoilé son second parfum sobrement baptisé "Christian Lacroix". En 2002, le couturier a ajouté une corde à son arc, puisque désormais il dessine les collections de prêt-à-porter de la vénérable maison italienne Pucci, dont le premier défilé a eu lieu en septembre 2002, à Milan.


VALENTINO
«L’avenir de la mode est lié à la vie. Il doit être stable, fait de nouveautés ou de fantaisies bien sûr, mais surtout de classe et de qualité.»
C’est en 1968 que la légende Valentino naît à travers la présentation d’une extraordinaire «Collezione Bianca», dédiée à Jackie Kennedy.
Elle fait grand bruit dans une période où la mode emploie surtout des couleurs vives et intenses. Les modèles s’arrachent et les magazines Life et Time le surnomment «la vraie révélation».

Son style classique mais unique émerge : des broderies raffinées, qu’il fait exécuter par Lesage ou Grasso, et qui sont à proprement parler de véritables bijoux. Mais aussi des formes nettes, des tissus somptueux, et surtout une vaste gamme de coloris. Le point culminant est le fameux rouge Valentino. Ardent, vif ou franc, «ce fard qui embellit», est évidemment la couleur fétiche du couturier.

Il a la réputation d’organiser des fêtes légendaires, comme celle qu’il imagine à Rome pendant trois jours, pour fêter ses 30 ans de création. En juin 2000, date de son 40ème anniversaire de création, il reçoit du CFDA (Council of Fashion Designers of America) le lifetime Achievement Award, pour l’ensemble de son œuvre.


DIOR CHRISTIAN
"Je suis devenu parfumeur, pour qu’il suffise de déboucher un flacon pour voir surgir toutes mes robes."
12 février 1947, date du premier défilé d’un nouveau venu dans le monde de la couture: Christian Dior.
C’est une mini révolution : la naissance d’une nouvelle femme qui ose une taille cintrée, la poitrine haute et ronde, les épaules étroites et les jambes découvertes, jusqu’à 30 centimètres au dessus du sol.

Son génie, face au succès fulgurant qu’il va rencontrer, lui fait prendre conscience de la nécessité pour faire survivre sa maison, de diffuser son nom de la manière la plus large.

Un parfum est une porte ouverte sur un univers retrouvé. Voilà pourquoi je suis devenu parfumeur, pour qu’il suffise de déboucher un flacon pour voir surgir toutes mes robes et pour que chaque femme que j’habille laisse derrière elle un sillage de désir.»
Dior s’éteint en 1957, à l’âge de 52 ans.


JP GAULTIER
"Je ne défends qu’une chose depuis toujours: ne pas avoir honte de sa différence, de ses origines."
C'est «l’Homme objet», sa première collection masculine en 1984, qui fait réellement sensation.
L’année suivante, il lance un pavé dans le monde de la mode, en créant la jupe pour homme : un pantalon à larges jambes, dont l’une se replie sur l’autre. Le style de Jean-Paul Gaultier est certainement l’un des plus difficiles à définir, tant il est riche et hétérogène.
Même si pour beaucoup il est le roi de la provocation, l’enfant terrible qui ne cesse de faire des pieds de nez à la mode, il n’en demeure pas moins un vrai technicien de la coupe et un admirable coloriste.
Chaque collection réaffirme son respect absolu du beau vêtement bien fait.


HASH ANNE VALERIE
Une créatrice peu orthodoxe, qui revendique la technique, sans jamais aucun croquis!
Petite fille, Anne Valérie Hash remplissait ses cahiers de dessins. « Mes dessins étaient un peu statiques et pas très bons, et j’étais sûre que je ne deviendrais jamais designer à cause de ça ! ».
Anne Valérie a été diplômée de la Chambre Syndicale de la Couture en 1995 et enseigne désormais sa technique à l’école.
Après quelques passages éclairs chez Nina Ricci et Chanel, elle a présenté sa première colletion de prêt-à-porter de luxe en 2000, dans le calendrier off de la couture. Elle a créé l’événement !
En juin 2003, l’industrie de la mode reconnaît son talent en lui remettant le prestigieux ANDAM award des jeunes designers. DP Sa collection est vendue à Paris aux Galeries Lafayette, à l’Espionne et chez Onward.


Extraits d'articles du magazine VOGUE







[menu précédent]