E-Mosaïque le journal de la mode
LE JOURNAL DE LA MODE
 



Chanel




Emanuel Ungero


Torente




Sherrer

 
COCO CHANEL

Coco Chanel, un nom qui rime avec élégance, avec luxe, avec discrétion aussi. La fameuse créatrice a mis au point deux grands classiques : la petite robe noire, toute simple, et le parfum, ce célèbre Nø 5 que Marilyne Monroe portait pour dormir. Gabrielle Chanel est une " cousette " qui a accédé aux plus hautes marches de la haute couture. La légende de Gabrielle Chanel ressemble à ses créations, en portant haut l'anticonformisme.

De l'enfance de Coco, on ne connaît pas grand-chose. La grande dame a ouvré toute sa vie pour " masquer ses origines ", comme l'a noté Edmonde Charles-Roux dans son ouvrage consacré à la créatrice (1). Elle est née à Saumur, le 19 août 1883. La petite Gabrielle est alors la deuxième fille illégitime d'Albert Chanel, un camelot, et Jeanne Devolle, couturière. La mère de la fillette meurt, épuisée par ses grossesses successives, à trente-trois ans à peine. Gabrielle a douze ans tout juste. Bientôt, un second coup du sort s'abat sur elle : son père l'abandonne, et va tenter sa chance en Amérique. Il ne reviendra jamais. Elle devient une orpheline, mot qu'elle ne pourra entendre, sa vie durant, sans être " glacée d'effroi ". La jeune fille est confiée à des religieuses, près de Brive, puis à Moulins. Elle apprendra la couture auprès d'elles.

Moulins est une ville de garnison, Gabrielle est une jolie cousette, et elle a de l'ambition à revendre. " Tout engagée dans la guerre de plaire ", elle passe ses soirées à chanter devant des soldats Qui qu'a vu Coco dans le Trocadéro. Elle devient bientôt une sorte de mascotte, et gagne un surnom au passage.

Mais elle n'est guère douée pour la chansonnette : un gentleman, Etienne Balsan, l'arrache à cette vie et l'emmène dans son château. Elle y rencontrera son premier véritable amour : Arthur Capel, dit Boy. Gabrielle sera durant neuf ans la compagne de ce riche Anglais au passé trouble. C'est lui qui le premier croit à sa volonté de travailler, de ne pas être une femme entretenue. Il lui offre sa première boutique de modiste, Chanel Modes, au 21, rue Cambon à Paris. Adresse qui restera sienne jusqu'à la fin de sa vie.

Gabrielle Chanel entame sa carrière pendant la Seconde Guerre mondiale. Ses mots d'ordre : libérer le corps de la femme, jouer avec des étoffes inédites. Elle abandonne les vêtements cintrés à la taille et habille les élégantes en jersey. Son succès est immédiat : en trois ans, elle trouve le moyen de rembourser intégralement " Boy " de son investissement. Elle emploie alors 300 ouvrières. Elle connaît, professionnellement, un état de grâce pendant plusieurs années. Elle est ainsi la première créatrice de mode à lancer son propre parfum, le fameux Nø 5. Elle est la première aussi à inventer de faux bijoux, le sac en bandoulière, le costume de sport pour les femmes. Parallèlement, elle fréquente l'élite artistique de Paris : Cocteau, Picasso, Diaghilev, et même Stravinsky, dont elle finance le Sacre du printemps.

Malgré quelques heurts, au début des années trente, la marque Coco Chanel résiste assez bien au temps. Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. Elle licencie alors tout son personnel, ferme boutique, et élit domicile au Ritz. Elle y entretient une liaison avec Hans Gunter von D, officier de la Wehrmacht. Après la Libération, il lui faudra quelques années pour retrouver sa crédibilité. Elle ne réintègre d'ailleurs sa boutique qu'en 1953. Marylin Monroe, Jacky Kennedy adoptent ses vêtements et lui font, dans la foulée, la meilleure des publicités. Folle de travail, Chanel continue son activité jusqu'à sa mort, à quatre-vingt-sept ans, en 1971. Sans se renier, mais aussi seule, et sans comprendre les récentes évolutions de la société : pour elle, une mini-jupe était une hérésie, vulgaire de surcroît.

Caroline Constant, l'Humanité
(1) L'Irrégulière ou mon itinéraire, Edmonde Charles-Roux (Grasset).













[menu précédent]