Manouchian sa vie
L'AFFICHE ROUGE
 

Retour vers Histoire



Olga Bancic


Manouchian

né en 1906 assassiné en 1944 il participa activement à la résistance




il fut arrêté
le 16 Novembre 1943
à Evry bord de seine
une plaque se trouve à l'emplacement de son arrestation



une affiche rouge
sera apposée
sur les murs
à l'initiative de la Gestapo
et de la police française

Aragon
a écrit un poème
sur cette affiche
Léo Férré l'a chanté



L'AFFICHE ROUGE

sa dernière

lettre



Mini-site sur
la Résistance

 
Manouchian - la dernière lettre de Manouchian - le poème d'Aragon - Olga Bancic
Joseph Epstein, responsable du Groupe Manouchian

L'affiche rouge, qui inspira à Aragon son célèbre poème, présente, dans sa partie supérieure, les visages des dix partisans. Les traces de trois mois de tortures n'arrivaient pas à effacer l'expression de fierté dans leurs yeux.
Voici les noms des partisans figurant sur l'affiche et les « légendes » accompagnant la photo de chacun d'eux :
Fingercwajg, juif polonais, 3 attentats, 5 déraillements ; Boczow, juif hongrois, chef dérailleur, 20 attentats; Witchitz, juif polonais, 15 attentats; Wajsbrot, juif polonais, 1 attentat, 3 déraillements, Elek, juif hongrois, 8 déraillements, Grzywacz, juif polonais, 2 attentats, Fontanot, communiste italien, 12 attentats; Rayman, juif polonais, 13 attentats; Alfonso, Espagnol rouge, 7 attentats; Manouchian. Arménien, chef de la bande, 56 attentats, 150 morts, 600 blessés.(A Manouchian on attribua toutes les actions de son détachement.)

Sous les photographies des « terroristes » figurent, à côté d'images de catastrophes ferroviaires et d'un arsenal d'armes des partisans, des corps criblés de balles : les « victimes » des « terroristes ». Le texte ne comporte que quelques mots : en haut : « DES LIBERATEURS? », en bas : « La Libération! par l'armée du crime »
.

UNE OPERATION ARMEE TOUS LES DEUX JOURS !
163 attentats en décembre 1941, des sabotages, des déraillements de trains...
Ce groupe combat par tous les moyens les rafles de juifs et les opérations de la S.T.O.
En représailles, entre janvier et mars 1942, les services allemands arrêtent 57 militants de la section juive.
Entre Mars et Juin 1943, la brigade spéciale vychiste arrête 71 militants sur 150 filés.
Le 28 septembre 1943, le groupe Manouchian exécute Julius Ritter, général S.S.
et bras droit de Fritz Sauckel, l'organisateur des rafles pour la S.T.O.
Lors d'un rendez-vous avec Joseph Epstein, le 16 novembre 1943, probablement trahi, il est suivi et arrêté par des policiers de Vichy en civil.

Tous les groupes M.O.I. de Paris seront ensuite rapidement démantelés.
Toute la presse collaborationniste fut invitée au procès du groupe Manouchian et les services de Goebbels le filmèrent.
Le but avoué de ces 3 jours de procès à grand spectacle était de monter l'opinion française contre les "terroristes étrangers"...
La propagande nazie les désigna comme terroristes et criminels de droits communs...
En réalité, une seule audience eut lieu, le vendredi 19 février, où le tribunal militaire les condamnera à mort. La presse déblatèra longuement (quatre jours de suite, et même jusqu'au mardi 23 février, soit deux jours après l'exécution des condamnés !)

L'ignominieuse et raciste "Affiche Rouge" fut placardée dans tout le pays.

8 Polonais, 5 Italiens, 3 Hongrois, 2 Arméniens, un Espagnol, une Roumaine...et trois Français (qui n'y figureront pas) composaient le groupe Manouchian.
Neuf étaient juifs; tous communistes ou sympathisants.
La Résistance écrira "Morts pour la France" sous ces affiches

LE GROUPE MANOUCHIAN :Celestino Alfonso (espagnol), Olga Bancic (roumaine), Joseph Boczov (roumain), Georges Cloarec (français), Roger Rouxel (français), Robert Witchitz (français), Rino Della Negra (italien), Spartaco Fontano (italien), Césare Luccarini (italien), Antoine Salvadori (italien), Amédéo Usséglio (italien), Thomas Elek (hongrois), Emeric Glasz (hongrois), Maurice Fingercwajg (polonais), Jonas Geduldig (polonais), Léon Goldberg (polonais), Szlama Grzywacz (polonais), Stanislas Kubacki (polonais), Marcel Rayman (polonais), Willy Szapiro (polonais), Wolf Wajsbrot (polonais), Arpen Lavitian (arménien), Missak Manouchian (arménien)




[menu précédent]