REPORTAGES : LOGEMENTS - KATRINA - LA PROSTITUTION


DOCUMENT
LOI SUR L'IMMIGRATION


SCRUTIN N° 979 - Séance du 17 mai 2006
ANALYSE DU SCRUTIN PUBLIC SUR
l'ensemble du projet de loi relatif à l'immigration et à l'intégration
Nombre de votants : 546
Nombre de suffrages exprimés : 531
Majorité absolue : 266
Pour l'adoption : 367
Contre : 164
L'Assemblée nationale a adopté

GROUPE : U.M.P (364)
POUR : 351

MM. Jean-Claude Abrioux, Bernard Accoyer, Manuel Aeschlimann, Alfred Almont, Pierre Amouroux, Jean-Paul Anciaux, Philippe Auberger, Jean Auclair, Bertho Audifax, Mme Martine Aurillac, MM. Patrick Balkany, Edouard Balladur, Jean Bardet, Mmes Brigitte Barèges, Sylvia Bassot, MM. Patrick Beaudouin, Joël Beaugendre, Jean-Claude Beaulieu, Jacques Bénisti, Jean-Louis Bernard, Marc Bernier, André Berthol, Jean-Michel Bertrand, Jean-Yves Besselat, Gabriel Biancheri, Jérôme Bignon, Jean-Marie Binetruy, Claude Birraux, Etienne Blanc, Emile Blessig, Roland Blum, Jacques Bobe, Yves Boisseau, Marcel Bonnot, René Bouin, Roger Boullonnois, Bruno Bourg-Broc, Mme Chantal Bourragué, MM. Loïc Bouvard, Michel Bouvard, Mmes Josiane Boyce, Françoise Branget, MM. Ghislain Bray, Victor Brial, Philippe Briand, Jacques Briat, Mme Maryvonne Briot, M. Bernard Brochand, Mme Chantal Brunel, MM. Michel Buillard, Yves Bur, Christian Cabal, Dominique Caillaud, François Calvet, Bernard Carayon, Pierre Cardo, Antoine Carré, Gilles Carrez, Richard Cazenave, Mme Joëlle Ceccaldi-Raynaud, MM. Jean-Yves Chamard, Hervé de Charette, Jean-Paul Charié, Jean Charroppin, Jérôme Chartier, Roland Chassain, Luc Chatel, Gérard Cherpion, Jean-François Chossy, Jean-Louis Christ, Dino Cinieri, Philippe Cochet, Georges Colombier, Mme Geneviève Colot, MM. François Cornut-Gentille, Alain Cortade, Louis Cosyns, René Couanau, Edouard Courtial, Jean-Yves Cousin, Alain Cousin, Yves Coussain, Jean-Michel Couve, Charles Cova, Paul-Henri Cugnenc.
Olivier Dassault, Marc-Philippe Daubresse, Bernard Debré, Jean-Claude Decagny, Christian Decocq, Jean-Pierre Decool, Bernard Deflesselles, Lucien Degauchy, Francis Delattre, Richard Dell'Agnola, Patrick Delnatte, Jean-Marie Demange, Yves Deniaud, Bernard Depierre, Léonce Deprez, Jean-Jacques Descamps, Patrick Devedjian, Eric Diard, Jean Diébold, Michel Diefenbacher, Jacques Domergue, Jean-Pierre Door, Dominique Dord, Guy Drut, Jean-Michel Dubernard, Philippe Dubourg, Gérard Dubrac, Jean-Pierre Dupont, Nicolas Dupont-Aignan, Mme Marie-Hélène des Esgaulx, MM. Pierre-Louis Fagniez, Francis Falala, Yannick Favennec, Georges Fenech, Philippe Feneuil, Jean-Michel Ferrand, Alain Ferry, Daniel Fidelin, André Flajolet, Jean-Claude Flory, Jean-Michel Fourgous, Marc Francina, Mme Arlette Franco, MM. Pierre Frogier, Yves Fromion, Claude Gaillard, Mme Cécile Gallez, MM. René Galy-Dejean, Daniel Gard, Jean-Paul Garraud, Daniel Garrigue, Claude Gatignol, Jean de Gaulle, Jean-Jacques Gaultier, Guy Geoffroy, Alain Gest, Jean-Marie Geveaux, Franck Gilard, Bruno Gilles, Georges Ginesta, Charles-Ange Ginesy, Jean-Pierre Giran, Maurice Giro, Louis Giscard d'Estaing, Claude Goasguen, Jacques Godfrain, François-Michel Gonnot, Jean-Pierre Grand, Mme Claude Greff, MM. Jean Grenet, Gérard Grignon, François Grosdidier, Mme Arlette Grosskost, M. Serge Grouard, Mme Pascale Gruny, MM. Louis Guédon, Jean-Claude Guibal, Lucien Guichon, François Guillaume, Jean-Jacques Guillet, Christophe Guilloteau.
Gérard Hamel, Emmanuel Hamelin, Joël Hart, Michel Heinrich, Pierre Hellier, Michel Herbillon, Pierre Hériaud, Patrick Herr, Antoine Herth, Henri Houdouin, Philippe Houillon, Jean-Yves Hugon, Sébastien Huyghe, Denis Jacquat, Edouard Jacque, Christian Jeanjean, Yves Jego, Mme Maryse Joissains-Masini, MM. Marc Joulaud, Alain Joyandet, Dominique Juillot, Didier Julia, Mansour Kamardine, Aimé Kergueris, Christian Kert, Mme Nathalie Kosciusko-Morizet, MM. Jacques Kossowski, Patrick Labaune, Marc Laffineur, Jacques Lafleur, Mme Marguerite Lamour, MM. Robert Lamy, Edouard Landrain, Pierre Lang, Pierre Lasbordes, Thierry Lazaro, Mme Brigitte Le Brethon, MM. Robert Lecou, Jean-Marc Lefranc, Marc Le Fur, Jacques Le Guen, Michel Lejeune, Pierre Lellouche, Dominique Le Mèner, Jean-Claude Lemoine, Jacques Le Nay, Jean-Claude Lenoir, Jean-Louis Léonard, Gérard Léonard, Jean Leonetti, Arnaud Lepercq, Pierre Lequiller, Jean-Pierre Le Ridant, Céleste Lett, Mme Geneviève Levy, M. Gérard Lorgeoux, Mme Gabrielle Louis-Carabin, MM. Lionnel Luca, Daniel Mach, Richard Mallié, Thierry Mariani, Hervé Mariton, Mme Muriel Marland-Militello, MM. Alain Marleix, Franck Marlin, Alain Marsaud, Jean Marsaudon, Hugues Martin, Mme Henriette Martinez, MM. Patrice Martin-Lalande, Philippe Armand Martin (51), Alain Marty, Jacques Masdeu-Arus, Jean-Claude Mathis, Bernard Mazouaud, Pierre Méhaignerie, Pascal Ménage, Christian Ménard, Gérard Menuel, Alain Merly, Denis Merville, Damien Meslot, Gilbert Meyer, Pierre Micaux, Jean-Claude Mignon, Mme Marie-Anne Montchamp, M. Pierre Morange, Mme Nadine Morano, MM. Pierre Morel-A-L'Huissier, Jean-Marie Morisset, Georges Mothron, Etienne Mourrut, Alain Moyne-Bressand, Jacques Myard, Jean-Marc Nesme, Jean-Pierre Nicolas, Yves Nicolin, Hervé Novelli, Jean-Marc Nudant, Patrick Ollier, Dominique Paillé, Mmes Bernardette Païx, Françoise de Panafieu, M. Robert Pandraud, Mmes Béatrice Pavy, Valérie Pecresse, MM. Jacques Pélissard, Philippe Pemezec, Pierre-André Périssol, Bernard Perrut, Christian Philip, Etienne Pinte, Michel Piron, Serge Poignant, Mme Bérengère Poletti, M. Axel Poniatowski, Mme Josette Pons, MM. Daniel Poulou, Bernard Pousset, Daniel Prévost, Christophe Priou, Jean Proriol, Didier Quentin, Michel Raison, Mme Marcelle Ramonet, MM. Eric Raoult, Jean-François Régère, Frédéric Reiss, Jean-Luc Reitzer, Jacques Remiller, Marc Reymann, Dominique Richard, Mme Juliana Rimane, MM. Jérôme Rivière, Jean Roatta, Camille de Rocca Serra, Vincent Rolland, Jean-Marie Rolland, Serge Roques, Philippe Rouault, Jean-Marc Roubaud, Michel Roumegoux, Max Roustan, Xavier de Roux.Martial Saddier, Francis Saint-Léger, François Scellier, André Schneider, Bernard Schreiner, Jean-Marie Sermier, Yves Simon, Jean-Pierre Soisson, Michel Sordi, Frédéric Soulier, Daniel Spagnou, Alain Suguenot, Mmes Michèle Tabarot, Hélène Tanguy, MM. Jean-Charles Taugourdeau, Guy Teissier, Michel Terrot, Mme Irène Tharin, MM. Jean-Claude Thomas, Dominique Tian, Jean Tiberi, Alfred Trassy-Paillogues, Georges Tron, Jean Ueberschlag, Léon Vachet, Mme Liliane Vaginay, MM. Christian Vanneste, François Vannson, Alain Venot, Mme Béatrice Vernaudon, MM. Jean-Sébastien Vialatte, René-Paul Victoria, François-Xavier Villain, Philippe Vitel, Gérard Voisin, Michel Voisin, Jean-Luc Warsmann, Laurent Wauquiez, Gérard Weber, Mme Marie-Jo Zimmermann et M. Michel Zumkeller.
NON-VOTANT(S): M. Jean-Louis Debré (Président de l'Assemblée nationale)

GROUPE : SOCIALISTE (150)
POUR : 2
MM. William Dumas et Jérôme Lambert
CONTRE :134

Mmes Patricia Adam, Sylvie Andrieux, MM. Jean-Marie Aubron, Jean-Marc Ayrault, Jean-Paul Bacquet, Jean-Pierre Balligand, Gérard Bapt, Claude Bartolone, Jacques Bascou, Christian Bataille, Jean-Claude Bateux, Jean-Claude Beauchaud, Eric Besson, Jean-Louis Bianco, Jean-Pierre Blazy, Serge Blisko, Patrick Bloche, Jean-Claude Bois, Daniel Boisserie, Maxime Bono, Augustin Bonrepaux, Jean-Michel Boucheron, Pierre Bourguignon, Mme Danielle Bousquet, MM. François Brottes, Jean-Christophe Cambadélis, Thierry Carcenac, Christophe Caresche, Mme Martine Carrillon-Couvreur, MM. Laurent Cathala, Jean-Paul Chanteguet, Michel Charzat, Alain Claeys, Mme Marie-Françoise Clergeau, MM. Gilles Cocquempot, Pierre Cohen, Mmes Claude Darciaux, Martine David, MM. Jean-Pierre Defontaine, Marcel Dehoux, Michel Delebarre, Bernard Derosier, Michel Destot, Marc Dolez, François Dosé, René Dosière, Julien Dray, Tony Dreyfus, Pierre Ducout, Jean-Pierre Dufau, Jean-Louis Dumont, Jean-Paul Dupré, Yves Durand, Mme Odette Duriez, MM. Henri Emmanuelli, Claude Evin, Laurent Fabius, Albert Facon, Jacques Floch, Pierre Forgues, Michel Françaix, Mme Geneviève Gaillard, M. Jean Gaubert, Mmes Nathalie Gautier, Catherine Génisson, MM. Paul Giacobbi, Joël Giraud, Jean Glavany, Gaëtan Gorce, Alain Gouriou, Mmes Elisabeth Guigou, Paulette Guinchard, M. David Habib, Mme Danièle Hoffman-Rispal, MM. François Hollande, François Huwart.
Jean-Louis Idiart, Mme Françoise Imbert, MM. Eric Jalton, Serge Janquin, Armand Jung, Jean-Pierre Kucheida, Mme Conchita Lacuey, MM. François Lamy, Jack Lang, Jean Launay, Jean-Yves Le Bouillonnec, Mme Marylise Lebranchu, MM. Jean-Yves Le Déaut, Jean-Yves Le Drian, Michel Lefait, Jean Le Garrec, Jean-Marie Le Guen, Patrick Lemasle, Mme Annick Lepetit, MM. Bruno Le Roux, Jean-Claude Leroy, Mme Martine Lignières-Cassou, MM. François Loncle, Bernard Madrelle, Louis-Joseph Manscour, Philippe Martin (32), Didier Mathus, Jean Michel, Didier Migaud, Mme Hélène Mignon, MM. Arnaud Montebourg, Henri Nayrou, Alain Néri, Mme Marie-Renée Oget, MM. Michel Pajon, Christian Paul, Christophe Payet, Germinal Peiro, Jean-Claude Perez, Mme Marie-Françoise Pérol-Dumont, MM. Paul Quilès, Simon Renucci, Mme Chantal Robin-Rodrigo, MM. Alain Rodet, Bernard Roman, René Rouquet, Michel Sainte-Marie, Henri Sicre, Dominique Strauss-Kahn, Mme Christiane Taubira, MM. Philippe Tourtelier, Daniel Vaillant, André Vallini, Manuel Valls, Michel Vergnier, Alain Vidalies, Jean-Claude Viollet et Philippe Vuilque ABSTENTION: 1
M. Guy Lengagne

GROUPE : UNION POUR LA DEMOCRATIE FRANCAISE (30)
POUR :.13

MM. Pierre-Christophe Baguet, Christian Blanc, Charles de Courson, Stéphane Demilly, Jean Dionis du Séjour, Francis Hillmeyer, Jean-Christophe Lagarde, Jean Lassalle, Maurice Leroy, Nicolas Perruchot, Rudy Salles, André Santini et Gérard Vignoble
ABSTENTION : 13

MM. Jean-Pierre Abelin, Pierre Albertini, Gilles Artigues, François Bayrou, Bernard Bosson, Mme Anne-Marie Comparini, MM. Philippe Folliot, Olivier Jardé, Yvan Lachaud, Hervé Morin, Jean-Luc Préel, François Rochebloine et François Sauvadet.

GROUPE COMMUNISTE : EXPLICATION DE VOTE / Cette loi reste, même avec les quelques changements à la marge, une loi inacceptable et inefficace.
Vous prétendez avec de tels choix favoriser un appel d'air sur le plan de l'immigration, non, vous ne donnez qu'un signe de désespoir.
Et ce n'est pas la décision de la création d'un Conseil national de l'immigration et de l'intégration ou celle d'une Commission nationale pour préciser les critères de régularisation, ou la mise en place d'un contrat d'accueil et d'intégration qui constituent une avancée par rapport la loi de novembre 2003 !
Ce qui est sûr, c'est que ce projet va au-delà même des recommandations des directives européennes.

Nous sommes devant un durcissement des lois existantes ; ce projet, voulant instaurer l'immigration " choisie " aux dépens de l'immigration subie, va multiplier les conditions de la carte de séjour, les parcours administratifs qui sont déjà de véritables embûches, les traitements arbitraires, puisqu'une fois encore vous augmentez le pouvoir des maires et des préfets en leur délégant un certain nombre de prérogatives qui ne sont pas de leurs compétences statutaires.
Les associations, qui se sont mobilisées et avec lesquelles nous avons travaillé - article par article, phrase après phrase, - savent déjà qu'elles vont devoir faire face à un afflux important de " nouveaux sans-papiers " qui vont être " fabriqués " par ce projet de loi.
Ce projet, en tout cas, va éroder les droits des étrangers au mépris des engagements souscrits - Convention européenne des droits de l'homme, instruments internationaux que la France a signés et ratifiés -.

Elle va, ce qui est tout aussi grave, entraîner de nouvelles régressions des droits et représenter contrairement à vos affirmations un ferment de xénophobie, sur lequel certains ne manqueront pas de construire leur campagne, à un an des élections présidentielle et législative. Je ne veux pas, et nous sommes des milliers -et bien au-delà des 35 000 manifestants qui se trouvaient, samedi dernier, dans les rues de Paris - à ne pas vouloir devenir " une âme habituée " (au sens où l'entendait Charles Péguy lorsqu'il affirmait qu'" il y a pire qu'une âme perverse, c'est une âme habituée "), je ne veux pas devenir une " âme habituée" à la relégation des sans-papiers, aux mesures discriminatoires et au fait que l'immigration devienne le bouc émissaire de toutes les dérégulations sociales et économiques.

Portant tout cela, ce projet est pervers et nous le refusons car il ne s'attaque pas aux questions d'ordre structurel liées à la migration.

N'oublions pas : ce sont les pays du sud qui aident ceux du nord. Selon le rapport des Nations Unies du World Economic and Social Survey, en 2005, les transferts nets de capitaux du sud vers le nord se sont élevés à 354 milliards de dollars. Le remboursement de la dette représente à lui seul une ponction de plus de 300 milliards de dollars, chaque année, sur les budgets de ces pays. De plus, les pays riches -dont la France ont exigé, au nom du surendettement, l'ouverture au commerce et aux capitaux étrangers, ce qui a généré l'appauvrissement des pays du sud, l'épuisement de leurs ressources naturelles et la fuite massive des capitaux mais aussi des cerveaux.
Ce que condamne, Monsieur Wade, Président du Sénégal qui marque son opposition à l'immigration dite choisie, précisant qu'il " va former des cadres " qui ensuite partiront en France.
Il dénonce cette vision du monde, alors que de nombreux pays du sud investissent dans l'éducation car "c'est le seul facteur de développement à long terme".
Les politiques menées par les institutions financières internationales et l'OMC entrent en contradiction directe avec le droit de chaque peuple à choisir son destin mais aussi avec l'engagement pris par le G8 en 2005 qui affirmait que les pays pauvres devaient décider eux-mêmes de leurs stratégies économiques. Si je rappelle cela, c'est que la question de la migration s'inscrit dans ce contexte.

Plutôt que de mettre en place des lois liberticides et discriminatoires, la France se grandirait en prônant une politique qui abandonnerait les obligations qu'elle impose aux pays du sud et que jusqu'à maintenant le gouvernement persiste à maintenir, (je vous rappelle pour mémoire le rapport sur les activités du FMI et de la Banque mondiale présenté au parlement en juillet 2005). Ce n'est que dans ce contexte revu que nous pourrions alors penser à une loi concernant l'immigration ; il est d'ailleurs fort à parier que, dans un tel contexte, l'intégration ne constitue plus un problème. Si nous voulons faire primer les droits fondamentaux, nous devons penser l'immigration en terme de partage, de solidarité, de co-développement. A votre conception de " l'immigration choisie " inacceptable face aux conséquences qu'elle entraîne pour les états et inefficace par rapport à l'immigration subie, nous prônons une immigration partagée ayant pour objectif des projets économiques et sociaux communs, et la mise en réseau d'actions portées par l'ensemble des intéressés oeuvrant pour le développement : associations, migrants eux mêmes, ONG, État, bailleurs de fonds et divers organismes.



GROUPE : COMMUNISTES ET REPUBLICAINS (22)
CONTRE:. 22

MM. François Asensi, Gilbert Biessy, Alain Bocquet, Patrick Braouezec, Jean-Pierre Brard, Jacques Brunhes, Mme Marie-George Buffet, MM. André Chassaigne, Jacques Desallangre, Frédéric Dutoit, Mme Jacqueline Fraysse, MM. André Gerin, Pierre Goldberg, Maxime Gremetz, Georges Hage, Mmes Muguette Jacquaint, Janine Jambu, MM. Jean-Claude Lefort, François Liberti, Daniel Paul, Jean-Claude Sandrier et Michel Vaxès.

DEPUTES: NON INSCRITS (11)
POUR : 1
M. Edouard Leveau CONTRE :8

Mmes Huguette Bello, Martine Billard, MM. Gérard Charasse, Yves Cochet, Philippe Edmond-Mariette, Noël Mamère, Alfred Marie-Jeanne et Emile Zuccarelli.
ABSTENTION : 1 M. Joël Sarlot

MISES AU POINT AU SUJET DU PRESENT SCRUTIN (N° 979)
(Sous réserve des dispositions de l'article 68, alinéa 4, du Règlement de l'Assemblée nationale) M. Eric Woerth qui était présent au moment du scrutin ou qui avait délégué son droit de vote a fait savoir qu'il avait voulu voter "pour"
M. William Dumas? M. Jérôme Lambert
qui étaient présents au moment du scrutin ou qui avaient délégué leur droit de vote ont fait savoir qu'ils avaient voulu voter "contre"


RAPPORT SUR L'APPORT DES IMMIGRES A L'ECONOMIE

L'économie française doit d'ores et déjà faire face à des pénuries de main-d'oeuvre dans certains secteurs et ce phénomène ira en s'amplifiant à l'avenir.
Depuis plusieurs années, certaines entreprises ou administrations rencontrent des difficultés de recrutement, en particulier dans les secteurs et métiers du bâtiment et des travaux publics, de l'industrie mécanique, de l'hôtellerie restauration et dans le secteur hospitalier ou para hospitalier.

Les emplois dont il s'agit sont des emplois moyennement qualifiés (ouvriers qualifiés, représentants, agents de maîtrise, infirmiers, sages femmes, cuisiniers, techniciens, bouchers, boulangers, charcutiers). Les tensions enregistrées dans ces secteurs ne se résorberont pas à court terme.

En outre, et il n'y a là nulle coïncidence, certains de ces secteurs sont des lieux de développement privilégiés du travail clandestin (bâtiment, hôtellerie restauration…).

Parallèlement mais à plus long terme, c'est-à-dire à l'horizon 2015, le nombre de postes à pourvoir chaque année sur le marché du travail devrait augmenter fortement, notamment en raison du départ à la retraite des générations nées après guerre, pour deux catégories de métiers :
- dans le secteur des services, pour des emplois non qualifiés (aides à domicile, employés de maison, assistantes maternelles, agents d'entretien…)
- dans le secteur industriel et dans celui des services, pour des emplois de cadres, c'est-à-dire pour des emplois très qualifiés (informaticiens, cadres commerciaux et technicocommerciaux, cadres et techniciens du BTP, personnels d'études et de recherche, cadres administratifs et dirigeants d'entreprise, enseignants…)
Pour remédier à ces tensions et satisfaire les besoins de main-d'oeuvre correspondants, la politique économique de notre pays doit en priorité s'attacher à augmenter les taux d'emploi et à permettre la mobilisation effective des importantes ressources humaines inemployées dont dispose notre économie, qu'il s'agisse des chômeurs ou, au sein de la population inactive, des seniors, des femmes, des jeunes.

Ceci vaut singulièrement pour les salariés issus de l'immigration, dont l'exposition au chômage est, en moyenne, deux fois plus grande que celle des autochtones.
Au demeurant, si l'immigration pour motif de travail est marginale en France, une partie très importante des migrants arrivés en France pour des motifs familiaux accède ensuite au marché du travail.
Ainsi, en 2005, l'immigration pour motif de travail a concerné seulement 11 400 personnes, soit 7 % des flux migratoires accueillis par la France.
Mais l'essentiel des autres immigrants, et notamment des immigrants pour motifs familiaux disposent de titres de séjour qui les autorisent à travailler et, selon une étude du ministère chargé des affaires sociales, ce sont chaque année plus de 100 000 étrangers qui entrent sur le marché du travail.

Sources Stratégie, Gouvernement

Les effets de l'immigration sur les indicateurs macroéconomiques
Les effets mécaniques de l'immigration

L'immigration accroît l'emploi et le niveau d'activité de l'économie. L'arrivée d'immigrés accroît la demande de biens et de services dans le pays. Les entreprises vont faire face à cette demande nouvelle et accroître en conséquence leur demande de travail. L'immigration ne se traduit donc pas par un partage du travail entre autochtones et immigrés.
Cette augmentation du volume d'emploi se traduit par un effet positif et significatif sur le niveau d'activité dans l'économie. On chiffre cet effet positif sur la croissance potentielle à 0,1 point de croissance pendant un an pour l'arrivée de 50 000 nouveaux migrants une année donnée.
L'augmentation de la taille de l'économie peut-être bénéfique aux autochtones même sans augmentation du PIB par tête.
Cela est le cas si certaines infrastructures ou dépenses fixes (comme le défense nationale par exemple) peuvent être financées par une population plus large, ce qui réduit la contribution de chacun. A l'opposé, des effets de congestion peuvent peser sur le bien-être des individus. Cependant, la baisse de la population française attendue pour la prochaine décennie (même avec immigration) devrait limiter les effets négatifs de congestion d'un apport de population immigrée. Enfin, l'accroissement de la taille de l'économie peut donner au pays un plus grand poids sur la scène internationale.

Cette partie s'appuie sur les résultats de la littérature académique sur l'immigration. Voir Borjas (1999) et Domingues Dos Santos (2005) pour une revue de cette littérature.Emmanuel Bretin (2004).

LA LOI SUR L'IMMIGRATION EN DESSINS





REVUE DE PRESSE

IMMIGRATION / Sources : L’Humanité

Notre histoire commune faite de nous des ayants droit à la France
Date : 19/05/2006
Rendant compte du voyage du " ministre de l’immigration jetable ", L’Humanité titre en " une " " L’Afrique conspue Sarkozy ".
Consacrant deux pages à la visite du ministre de l’Intérieur au Mali, L’Humanité interviewe notamment Hama Amadou, premier ministre du Niger qui dénonce l’ " orientation extrêmement dangereuse [de la notion d’immigration choisie], car elle risque de renforcer le pillage de notre matière grise.
" Il ajoute qu’ " il y a quelque chose de manifestement choquant et d’insultant dans ce tri. " De son côté, Samba Ibrahima Tembely, secrétaire permanent de la Coalition des alternatives africaines dette et développement au Mali, rapporte que " grâce à la marche que nous avons organisé mercredi soir, Nicolas Sarkozy a été contraint de se déplacer quasiment en cachette quand, d’habitude, dès qu’un membre du gouvernement français vient au Mali, il est accueilli par la population depuis l’aéroport.
" Albert Tévoèdjéré, un conseiller du président du Bénin, Thomas Yagi Boni, estime quant à lui : " nous avons droit à la France autant sinon davantage que certains européens qui s’installent désormais sans nulle barrière de Dunkerque à Avignon.
" " Notre histoire mêlée à la vôtre fait de nous des ‘ayants droit à la France’. "

IMMIGRATION / Sources : La Croix
Le projet de loi sur l'immigration adopté
le 18/05/2006
L'Assemblée nationale a adopté mercredi 17 mai le projet de loi Sarkozy sur l'immigration qui durcit les conditions d'entrée et de séjour des étrangers
Le projet de loi immigration de Nicolas Sarkozy, adopté mercredi 17 mai par l'Assemblée nationale a fait quasiment le plein des voix UMP et a recueilli 13 voix UDF sur 30, selon l'analyse du scrutin diffusée par l'Assemblée.
Le texte a été adopté par 367 voix contre 164. A l'UMP, qui compte 364 membres, 352 députés ont voté pour. Le président de l'Assemblée nationale, Jean-Louis Debré, comme il est de tradition, n'a pas pris part au vote.
A l'UDF, ils ont été 13 à voter pour, parmi lesquels Jean-Christophe Lagarde, Jean Lassalle, Maurice Leroy et Rudy Salles, qui avaient tous quatre voté la veille la motion de censure socialiste.

13 députés UDF s'abstiennent
13 députés UDF se sont abstenus, dont François Bayrou, le président du groupe Hervé Morin, mais aussi Olivier Jardé, qui était le suppléant de Gilles de Robien avant que celui-ci n'entre au gouvernement.

Au PS, 136 députés (sur un total de 150) ont voté contre, un, Guy Lengagne, s'est abstenu, et les autres n'ont pas participé au scrutin.
Les 22 députés communistes ont voté contre.
Parmi les 11 non inscrits, Edouard Leveau a voté pour, tandis que 8, parmi lesquels les trois députés Verts et Emile Zuccarelli (PRG), ont voté contre. Un s'est abstenu.

Les principales dispositions du projet de loi
CARTES DE SEJOUR
- création d'une "carte compétences et talents" de 3 ans renouvelable pour attirer les étrangers les plus diplômés. Une carte de séjour de 4 ans est délivrée aux étudiants les plus diplômés (master).
- Pour les autres migrants, trois cartes de séjour temporaire sont créées: "salarié", "temporaire" et "saisonnier".
- L'étranger garde son titre de séjour en cas de rupture du contrat de travail.
- Obligation d'obtenir un visa long séjour avant de pouvoir obtenir une carte de séjour

ACCUEIL
- Tout étranger souhaitant "s'établir durablement" devra signer le "contrat d'accueil et d'intégration", suivre "une formation civique et, si besoin est, linguistique".
- Avant d'obtenir une carte de résident (dix ans), l'étranger devra satisfaire à une condition d'intégration fondée sur trois éléments: engagement personnel de respecter les principes régissant la République française, respect effectif de ces principes, connaissance suffisante du français (certifiée par "un titre ou un diplôme").
- La cérémonie d'accueil dans la citoyenneté devient obligatoire pour tous les naturalisés, sous l'autorité des préfets qui peuvent en déléguer la responsabilité aux maires.

REGULARISATION
- Abrogation de la régularisation de droit des clandestins de plus de 10 ans. Régularisation au cas par cas par les préfets, qui demandent leur avis aux maires.

MARIAGES MIXTES
- La carte de résident de dix ans sera attribuée au conjoint de Français après trois ans de mariage (au lieu de deux), à condition que le conjoint manifeste son intégration.
- Le visa long séjour ne peut être refusé à un conjoint de Français qu'en cas de fraude, annulation du mariage ou menace à l'ordre public.

REGROUPEMENT FAMILIAL
- Il est lié à des conditions de ressources de travail (au moins le SMIC) et de logement. Il ne peut être demandé qu'après un séjour de 18 mois (au lieu de 12) par un étranger ayant démontré qu'il se conforme aux principes régissant la République.

RECONDUITE A LA FRONTIERE
- Les étrangers ne seront plus "invités" à quitter le territoire dans le délai d'un mois mais recevront un courrier les informant du refus de titre de séjour accompagné d'une "obligation de quitter le territoire dans le délai d'un mois". - Délai de recours: un mois.
- Les reconduites pour "menace à l'ordre public ou travail illégal" peuvent être accompagnées d'interdiction du territoire pendant un an.

DROIT D'ASILE - Etablissement d'une liste nationale des "pays d'origine sûrs"
- Création d'un Conseil national de l'immigration et de l'intégration
Motion votée
par Le Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche ( CNESER)
Présentée par l'UNEF

L'actualité gouvernementale est aujourd'hui à la " réforme " du droit de l'immigration. Préparé par le Ministre de l'Intérieur, le projet de réforme du CESEDA (Code de l'Entrée et du Séjour des Etrangers et du Droit d'Asile) s'inscrit délibérément dans une perspective utilitariste. Ne sera " acceptable " que l'étranger perçu comme rentable pour l'économie française.
Ce projet remet en cause tous les motifs aujourd'hui reconnus d'immigration légale. Sous couvert de choisir les immigrés il vise en réalité à placer l'immense majorité d'entre eux dans une insécurité juridique totale, et éligible à une procédure arbitraire d'expulsion.

Dans son volet concernant les étudiants, le projet de loi prévoit que les étudiants voulant venir en France seront recrutés à l'étranger par des Centres d'Etudes en France, sur des critères de sélections extrêmement restrictif : parcours pédagogique de haut niveau, moyens financiers des étudiants... La mise en place de ces CEF remet de fait en cause les prérogatives des enseignants et des université dans l'appréciation des cursus suivis à l'étranger.

Ce projet, en totale rupture avec le droit existant, va de plus nuire à l'attractivité des Universités françaises en corsetant un peu plus les possibilités d'études dans notre pays.
Il n'offre aucune réponse à la précarité administrative, sociale et pédagogique que vivent les étudiants étrangers actuellement en France. De plus exiger des étudiants étrangers qu'ils aient déjà un haut niveau de formation, de revenu, et une parfaite maîtrise de la langue française, c'est remettre en cause la capacité de notre système d'enseignement à former ses étudiants.
Le Conseil nationale de l'enseignement supérieur et de la recherche (CNESER), réunit dans sa séance du lundi 15/05/2006 se prononce contre les dispositions contenues dans le projet de loi CESEDA en discussion au parlement, contraire en tout point à la tradition d'accueil et d'ouverture de la France.
De plus, il affirme l'urgence de mettre en place une réelle politique d'accueil en direction des étudiants étrangers, qui soit sous la responsabilité du Ministère de l'Education Nationale et non du seul Ministère de l'Intérieur, et qui intègre toutes les mesures sociales, administratives et pédagogiques nécessaires pour permettre à chaque étudiant quel que soit sa nationalité d'étudier dans des conditions décentes.

COMMUNIQUE DE LA FATJ

Le CPE et le CESEDA ont en commun de s’attaquer à deux catégories de la population les plus précarisées du monde du travail, c’est-à-dire qui disposent de capacités moindres de résistance face à l’instabilité et à la précarité imposée par les besoins du patronat.
Un maçon immigré travaillant pour l’équivalant de 15 ou 20 euros journalier dans son pays, accepte volontiers de travailler pour 30 ou 35 euros sans aucunes autres conditions. Travaillant de 8 à 10 heures par jour, souvent les week-ends, ces précaires absolus ne représentent pas des exemples marginaux. Bien au contraire, nous pouvons même affirmer que le travailleur « sans papier » symbolise parfaitement la figure idéale de la force de travail dans le contexte de la mondialisation libérale actuelle.
Ne disposant d’aucun droit, soumis à la précarité absolue, coupé du reste du monde du travail, ne revendiquant aucun droit social etc., ce travailleur contraint de vivre à l’ombre est obligé de vendre sa force de travail à n’importe quelles conditions. Ne pouvant utiliser aucun droit, embauché à la tâche ou à la journée, travaillant au service de la productivité dans une flexibilité absolue, et délivrant le patron des charges sociales, le « sans papier » est bel et bien le travailleur idéal pour les économies capitalistes.

Selon certaines données il existerait entre 200 et 400 milles sans papier en France.
Imaginez si ces conditions sont généralisées à tous les travailleurs issus de l’immigration. Il est aisé à comprendre pour tous que plus ces conditions sont généralisées plus les droits et les libertés des travailleurs ont général seront tirés vers le bas.

Fédération des Associations des Travailleurs et des Jeunes

LE GROUPE MOSAIQUEMosaïque 91-l'Annuaire du 91PCF-EVRY-l'Annuaire progressisteWeb Essonne