fret sncf

En 1671 Denis Papin découvre la force motrice de la vapeur d'eau. En 1804, Richard Trevithick fait circuler la première locomotive à vapeur dans une houillère.
En 1827 le première ligne Andrézieux-St Etienne naît en France. En 1829 la "Rocket", ou "la Fusée" construit par Stephenson traîne 13 tonnes à près de 26 kilomètre à l'heure.


Aujourd'hui le tonnage moyen transporté est de 1 800 tonnes à près de 100 kilomètres à l'heure pour les trains marchandises. Avant le chemin de fer, le transport des marchandises est difficile et très cher, sauf pour les voies navigables ou par mer. Le train permet rapidement de multiplier par dix la vitesse, et par 100 le tonnage transporté.

En France le chemin de fer accompagne ainsi le développement économique, et reste prépondérant jusqu'aux années 1960. Jusqu'aux années 1970 le niveau de transport fret ferroviaire est resté élevé avec une pointe de 74 milliards de tonnes kilomètres.

Depuis, face à une concurrence accrue de la route qui bénéficie de lourds investissements autoroutiers de la collectivité, d'une flotte entièrement renouvelée de camions, de l'attitude passive des pouvoirs publics qui oublient de faire respecter la législation sociale des routiers, et le code de la route (en 2000 sur 100 camions arrêtés sur le périphérique, à Paris, à 6 h du matin, 90 étaient en effraction) la part du fer n'a cessé de reculer pour atteindre en 2002, 50 milliards de TK. Cette perte de part de marché est équivalent à 3 millions de camions par an.

Le manque d'investissements, la suppression de triages et de gares, la fermeture de voies, la suppression de plus de la moitié des cheminots en 30 ans, la vente par la SNCF de son patrimoine contribuent également à cet état de fait.

DOCUMENTS
chiffres repères-modalhor, le wagon du futur-le plan de déplacement urbain-Voutré, un bon exemple pour le train
la position du gouvernement et de la SNCF-les propositions de la CGT-l'environnement

Haut de la page-[menu précédent]