dictionnaire économique
Définitions des principaux termes employés en économie

SALAIRE MINIMUM INTERPROFESSIONNEL DE CROISSANCE (SMIC) : Destiné à garantir aux salariés ayant les plus faibles rémunérations un salaire horaire minimum et une progression de leur pouvoir d'achat proche de celle de la moyenne ds salariés.

Selon une étude de la DARES, direction des statistiques du ministère de l'emploi, le SMICARD est le plus souvent jeune, féminin, à temps partiel, et travaille dans une petite entreprise.
Un employé sur 4 et un ouvrier sur 5 sont payés au minimum. Les femmes sont deux fois plus souvent payées au SMIC que les hommes.
Au 1er juillet 2006, la valeur du smic brut est de 8,27 euros par heure. Soit, pour 151,67 heures (semaine de 35 heures), 1 254.28 euros mensuel bruts. Il y avait alors 2,5 millions de smicards en France[1] soit 12 % de la population active. (17% dans le seul secteur privé). Il a été augmenté de 3,05 % au 01/07/2006.
La CGT, les partis de Gauche demandent à ce que le SMIC soit fixé à 1500 Euros.

Salaire minimum interprofessionnel de croissance Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Salaire minimum interprofessionnel de croissance, ou Salaire minimum de croissance, plus connu sous l'acronyme SMIC, est, en France, le salaire minimum en dessous duquel aucun salarié ne devrait être payé. Il est réévalué au minimum tous les ans au 1er juillet, et davantage en cas d'inflation importante.
Au 1er juillet 2006, la valeur du smic brut est de 8,27 euros par heure. Soit, pour 151,67 heures par mois (semaine de 35 heures), 1 254,28 euros mensuel bruts, soit 984,61 € net en enlevant les 21,74 % de cotisations (cotisations sociales + CSG).
Il y avait alors 2,5 millions de smicards en France soit 12 % de la population active. (17% dans le seul secteur privé).

Historique
Le SMIC a succédé, par le décret de Jacques Chaban-Delmas du 2 janvier 1970, au SMIG " salaire minimum interprofessionnel garanti ", instauré le 11 février 1950.
Le SMIG n'était indexé que sur les prix, qui grimpent moins vite que la moyenne des salaires lorsque la productivité augmente (ce qu'elle a fait d'environ 5% par an pendant les trente glorieuses et un peu moins de 2% par an en moyenne ensuite). Les smigards avaient donc un pouvoir d'achat qui ne bougeait pas, bien qu'il y ait en raison de ce gain de productivité de moins en moins de smigards. Les smicards ont un pouvoir d'achat qui croît au fil du temps, puisque le SMIC augmente plus vite que le salaire moyen ; les bas salaires sont progressivement " rattrapés " par la croissance du SMIC.
Au cours des années 1990 et des années 2000, les gouvernements ont baissé les charges sur les bas revenus, et en particulier au niveau du SMIC, pour favoriser l'emploi. Ces actions ont eu comme effet pervers d'augmenter la proportion d'employés payés au SMIC.
À l'heure actuelle, il n'est pas rare d'entendre encore des personnes utiliser, à tort, le terme " SMIG " pour désigner le " SMIC ".

Exceptions au SMIC
Dans certains cas, il existe une réduction :
· Les mineurs ayant moins de six mois d'expérience dans un secteur d'activité peuvent percevoir une rémunération inférieure de 20% au smic pour les mineurs de 16 à 17 ans et de 10% pour les mineurs de plus de 17 ans. Cet abattement est supprimé si le rendement du jeune est égal à celui des adultes de sa catégorie (principe " à travail égal, salaire égal ").
· Les jeunes en contrat d'apprentissage perçoivent une rémunération allant de 25% à 78% du SMIC (ou du minimum conventionnel) en fonction de leur âge et de leur ancienneté dans le contrat d'apprentissage. Ils étaient 340 000 en 1997.
· Les jeunes en contrat de qualification perçoivent une rémunération allant de 30% à 75% du smic selon les mêmes critères
· Les jeunes en contrat d'orientation perçoivent une rémunération de 30% à 65% du smic selon leur âge.
· Les jeunes en stages ne reçoivent pas de rémunération mais peuvent recevoir une indemnité. Si la durée du stage est supérieure à trois mois consécutifs (loi sur l'égalité des chances du 1er juillet 2006), cette gratification est obligatoire. Elle est fixé par convention de branche ou accord professionnel étendu, ou, à défaut, par décret. Pour le moment aucun décret n'en a précisé le montant.
· Les travailleurs handicapés peuvent se voir attribuer une rémunération inférieure au SMIC. L'abattement diffère selon que le travailleur exerce en milieu traditionnel ou protégé. Dans ce cas un complément de rémunération leur est accordé pour atteindre le minimum conventionnel ou le SMIC.
· Les travailleurs à temps partiel ne perçoivent pas en principe une rémunération inférieure aux SMIC horaire.
Les notes de frais, heures supplémentaires et primes sont exclues du calcul.

Positionnement
· Les salaires agricoles minima dépendent d'un autre barème.
· Problèmes d'interprétation du SMIC lors du passage de 39h à 35h (donnant lieu temporairement à cinq GMR plus un SMIC correspondant à des générations d'application des 35 heures, réunifiés de 2003 à 2005 par la loi Fillon sur la RTT).

Revalorisation
Son augmentation correspond au minimum à l'inflation constatée l'année précédente, plus 50% de l'augmentation du pouvoir d'achat ouvrier moyen[réf. nécessaire]. Le gouvernement a en outre la possibilité d'accorder des " coups de pouce ", ce qu'il fait en pratique régulièrement. De plus si l'inflation constatée entre le 1er juillet et le dernier mois connu (N-1)dépasse 2% il est automatiquement réévalué au mois N+1 du pourcentage de cette inflation.
L'augmentation du salaire minimum est autant un enjeu syndical que politique comme l'attestent les déclarations de la CGT réclamant un SMIC à 1 500 euros brut par mois, au lieu des 1 254 28 euros actuels.
Pendant la campagne électorale de 2007, le Parti socialiste promettait l'augmentation du SMIC à 1 500 euros (nets au début de la campagne, bruts par la suite) par des coups de pouce réguliers, pour atteindre ce montant au plus tard en 2012 (c'est-à-dire au terme de la législature 2007-2012), ce qui correspondait à la prévision de la hausse du salaire moyen prévue.
Ségolène Royal reniant après les élections cette promesse, l'estimant utopique. L'OCDE recommande, afin de réduire le chômage, de limiter la croissance du SMIC au strict maintien du pouvoir d'achat1.

documents utilisés : dictionnaire économique et social (éditions sociales), dictionnaire d'économie (Hatier), Larousse, Wikipédia...

Haut de la page-[menu précédent]


Haut de la page-[menu précédent]