dictionnaire économique
Définitions des principaux termes employés en économie


EVOLUTION DE LA POPULATION MONDIALE :
La population du monde devrait augmenter de 40 % d'ici 2050. Excepté les Etats Unis grâce à un flux migratoire positif, les pays développés verront leurs populations diminuer. Les autres pays avec beaucoup d'inégalités augmenteront sensiblement leurs populations.

L'Inde deviendra le premier pays du monde avec 1,5 milliard d'habitants, devant la Chine (1,4). L'Afrique malgré le SIDA qui est responsable d'une hécatombe estimée à une perte de 320 millions d'individus va doubler sa population.

Entre 1950 et 2050 le taux de fécondité des pays démunis va être divisé par deux pour atteindre 3 contre 6.
C'est au Niger que les femmes ànt le plus d'enfants (8), à Macao et en République tchèque qu'elles en ont le moins (0,0 et 1,2). La France affiche un chiffre de 1,89.

La longévité progressera pour l'ensemble de la population. Celle des pays développés atteindra, sauf pandémie, cataclysme ou canicule meurtrière, 82 ans en 2050 contre 75 ans aujourd'hui et celle des pays en voie de développement 73 ans contre 62 ans aujourd'hui.

La planète bleue recense actuellement 6,5 milliards d'habitants et devrait en compter environ 9 en 2050. La population qui s'accroissait de 2 % par an à la fin des années 1960, s'accroit aujourd'hui de 1,2 % par an.


ANNEE ASIE AFRIQUE AMERIQUE DU SUD AMERIQUE DU NORD EUROPE
2004
3.8
0.851
0.543
0.326
0.726
2050
5.2
1.8
0.768
0.448
0.632

Evolution de la population en milliards d'habitants (chiffres CNAV, ONU)

En France la densité de la population va augmenter contrairement à la plupart des autres pays européens. 83 % des habitants vivront en ville contre 75 % aujourd'hui. La population fraçaise passera de 60 millions d'habitants en 2004 à 64 en 2050, celle de la Russie de 146 à 101, celle d'Italie de 58 à 43 millions.
L'âge médian des habitants va partout augmenter sensiblement.

ANNEE ETATS UNIS JAPON ITALIE ALLEMAGNE FRANCE
2000
35
41
40
40
37.6
2050
40
53
52
47
44.6


CHAMPIONNE D'EUROPE

Championne d'Europe des naissances, la France pourrait compter 75 millions d'habitants en 2050. Une exception dans une Europe inquiète de son déclin démographique.
L'hypothèse d'une France métropolitaine comptant 75 millions d'habitants - contre 60,7 aujourd'hui "est plausible", indique l'Institut national des Etudes démographiques (Ined).
La France marche ainsi à contre-courant en Europe: "L'Italie et l'Espagne vont perdre 1/5e de leur population en 50 ans. L'Allemagne va aussi perdre des habitants".
Avec un taux de fécondité de 1,9 enfant par femme, la France est championne d'Europe des naissances, avec l'Irlande et l'Islande.
Seules 10% à 12% des Françaises n'ont pas d'enfant.
"En Italie, dans la génération née dans les années 60, vous avez plus de 20% des femmes qui n'ont pas d'enfants", "En France le nombre de naissances est supérieur à celui de décès, avec un excédent naturel de 200.000 par an."

Ce regain de population aura évidemment, au premier chef, des conséquences sur le logement, les équipement, l'aménagement du territoire.

Le secret de la réussite démographique française ?
"Soixante ans de politique familiale, avec des mesures qui ont réussi à franchir le cap des alternances politiques, et qui inspirent confiance" indique l'Ined, en détaillant: allocations familiales, congés parentaux, allégements fiscaux via le quotient familial.
Sans oublier l'école maternelle gratuite, qui facilite la garde des enfants de trois ans voire de deux ans: "C'est peut-être la plus nataliste des mesures. C'est une situation unique. En Allemagne, les Kindergarten (jardins d'enfants, ndlr) sont payants et difficiles d'accès".
Par ailleurs, ces mesures s'inscrivent dans la durée, à la différence de ce qui peut se passer ailleurs: "La Suède par exemple avait accordé une prime à la vitesse, c'est-à-dire aux parents qui se dépêchaient d'avoir leur deuxième enfant. Cela a eu des effets très sensibles à la fin des années 1980". Mais au début des années 90, la crise économique a précipité la fin de cette mesure nataliste.
"En Italie", "le ministre des Affaires sociales a introduit fin 2003 dans la loi du budget une prime de 1.000 euros à la naissance du deuxième enfant. Mais dans le budget de 2004, comme il n'y avait plus d'argent, la prime a été suspendue. C'est l'exemple type de ce qu'il ne faut pas faire: une politique ponctuelle, sans suivi".

Enfin, "la politique familiale a réussi en France à prendre un tour féministe: lorsqu'une femme a des enfants chez nous, elle n'arrête pas de travailler".
"Les femmes cadres en Allemagne et en Grande-Bretagne sont très nombreuses à ne pas avoir d'enfants, car pour elles, cela signifie des années d'interruption, et non pas des mois comme chez nous", ajoute-t-il, sans nier que des problèmes subsistent en France, notamment une pénurie de modes de garde pour les enfants de moins de trois ans.


POINT DE VUE :
Une forte réorientation des politiques publiques est à prévoir afin d'anticiper l'évolution des pays de la planète et le vieillissement de la population.
L'activité économique devra se tourner vers des besoins sociaux nouveaux axés sur la santé, l'alimentation, les services...
L'immigration devra être mieux prise en compte, c'est elle qui probablement permettra à des pays comme les Etats Unis et la France de maintenir ses équilibres fondamentaux.
La répartition des richesses, la justice sociale et économique, la solidarité devraient devenir ou redevenir les dénominateurs de notre avenir commun sous peine d'un catastrophe humanitaire sans précédent.


documents utilisés : dictionnaire économique et social (éditions sociales), dictionnaire d'économie (Hatier), Larousse, La Tribune, CNAV, ONU...

Haut de la page-[menu précédent]