dictionnaire économique
Définitions des principaux termes employés en économie

DOLLAR US : ou dollar américain ($, unicode U+0024 ) est la monnaie nationale des États-Unis et de l'Équateur. Son code ISO 4217 est USD. Il est divisé en 100 cents. En monnaie scripturale, le dollar est :
la principale monnaie de réserve utilisée dans le monde;
la devise la plus utilisée dans le commerce international;
la principale devise traitée sur le marché des changes, présente en 2004 dans 89% des transactions, contre 37% pour l'euro (source : BRI)
la devise possédant les marchés financiers les plus importants, même si cette prépondérance est en train d'être remise en cause par l'euro dans plusieurs domaines.
Cette utilisation externe du dollar permet aux États-Unis de maintenir durablement des déséquilibres considérables dans leurs comptes externes.
Enfin, certes pour des montants beaucoup moins importants, c'est une monnaie fiduciaire d'un usage très répandu dans le monde, et plus de la moitié de son encours en billets est en fait détenu hors de son pays d'origine.

"En 2002, le milliardaire George Soros avait mis en garde contre la plongée du dollar américain. Il lui prédisait une chute d'un tiers de sa valeur au cours des prochaines années. Il ne s'est pas trompé de beaucoup.
Le billet vert a perdu 35 % de sa valeur face à l'euro et 18 % face à l'ensemble des monnaies des pays avec lesquels les Etats-Unis commercent. Surprise, rien de grave n'est arrivé. En fait, les bonnes nouvelles s'accumulent.
Les taux d'intérêt restent bas. La croissance se maintient. Les entreprises américaines sont devenues plus compétitives et les exportations sont en plein boom", se réjouit Business Week.
Cette tendance favorisant une plus grande compétitivité américaine était souhaitée. En effet, "c'est un secret de polichinelle que l'Asie, l'Europe et l'Amérique latine se sont enrichis en creusant le déficit commercial américain. Il devrait atteindre les 800 milliards de dollars en 2006", rappelle de son côté Newsweek. Cet ordre des choses profite aux consommateurs américains qui peuvent acheter des biens importés à des prix qui restent avantageux par rapport aux prix locaux, poursuit l'hebdomadaire.
Mais ce sont désormais les investisseurs américains à l'étranger qui en obtiennent plus pour leur argent. Les gains de leurs placements internationaux une fois rapatriés profitent d'une prime grâce à la dévaluation graduelle du dollar.
Le rendement obtenu est en effet bonifié par la dépréciation du billet vert pendant que les sommes investies séjournaient à l'étranger.
Résultat, selon USA Today, les capitaux quittent le pays pour profiter des variations des taux de change. "Les oies blanches ont déjà migré pour l'hiver. Mais si vous aviez le bon type de jumelles, vous auriez vu des centaines de millions de dollars migrer vers l'Europe et l'Asie chaque jour." Marc-Olivier Bherer - Le Courrier International


DUMPING : Violation de la concurrence normale par la vente à perte de biens ou services sur une marché extérieur. C’est une arme de guerre économique à ne par confondre avec la liquidation de stocks à prix bradés qui elle est réglementée.
Le dumping est utilisé pour pénétrer un marché et anéantir la concurrence. L’entreprise qui pratique le dumping se finance soit en augmentant les marges sur son marché intérieur, soit grâce aux aides perçues de l’Etat c’est le cas notamment des productions agricoles subventionnées du Nord qui ruinent l’agriculture des pays du Sud.
Il y a dumping de péréquation lorsqu’une société vend à perte une partie de sa production, la perte étant compensée par une surtarification du reste de sa production.
Il y a dumping de trésorerie lorsque, pour imposer un produit, sa vente a perte est programmée le temps d’évincer la concurrence étant entendu que dans une phase ultérieure, la hausse du prix compensera l’effort initial. Cette pratique qui suppose de fortes capacités financières est couramment employée par les multinationales de l’agroalimentaire et la grande distribution.
Officiellement combattu par l’OMC, le dumping est cependant très présent dans l’économie mondiale. Aux formes ci-dessus énoncées en voie de réglementation s’est ajouté le dumping social qui consiste à employer une main d’œuvre très bon marché voire quasi gratuite dans les pays du Sud pour le profit exclusif des multinationales du Nord.
documents utilisés : dictionnaire économique et social (éditions sociales), dictionnaire d'économie (Hatier), Larousse...

Haut de la page-[menu précédent]