Jacques Brel
BREL-GAUGUIN-LES MARQUISES
 



Marquises îles
Archipel volcanique de la Polynésie française
(1 274 km2, 7 358 hab.), situé
à un millier de kilomètres au sud de l'équateur.
Le chef-lieu est Taiohae, sur Nuku Hiva.
L'archipel est composé de onze îles,
dont sept sont habitées et qui s'échelonnent sur 400 km.
Elles se répartissent
en deux groupes, nord-ouest et sud-est,
à 1 500 km au nord-est de Tahiti,
dont les sépare
l'archipel des Touamotou.
L'altitude des sommets
atteint de 1 100 m à 1 250 m,
et le climat est très salubre,
car la chaleur (de 23 oC à 33 oC)
est tempérée par la brise marine
ou par l'altitude.
Les îles Marquises exportent
du coprah et de la vanille.



Les risques
du métier




Jean Ferrat



Site Web
officiel
de Jacques Brel







CHOISISSEZ
LE PERSONNAGE
PREFERE




le plan du site


MIROIRS
L'AUTRE REGARD



 

Le chanteur belge est mort le 9 octobre 1978 à 49 ans d'un cancer du poumon à Bobigny, près de Paris.
Il avait regagné la métropole l'été précédent depuis la Polynésie, suivant enfin l'avis des médecins. Bien qu'il eût arrêté la scène le 16 mai 1967 à Roubaix (nord), il était toujours populaire. Et le mystère qui entourait sa retraite aux Marquises n'avait fait qu'aviver la curiosité du public.
"Ne me quitte pas", "Amsterdam", "Ces gens-là", "Mathilde", "Les vieux"... Brel, ce sont d'abord des chansons devenues des monuments du patrimoine francophone et dont les textes frappent encore aujourd'hui par leur justesse et leur violence. Brel, c'est aussi une image.
Celle d'un artiste qui semblait se consumer sur scène, comme si sa vie en dépendait, et habitait ses personnages, gestes théâtraux et visage en sueur. Il a marqué son époque et les suivantes, de jeunes artistes se réclamant aujourd'hui de son influence, tel le rappeur Abd al Malik qui travaille avec son ancien pianiste (et mari de Juliette Gréco), Gérard Jouannest.

Gauguin Paul
Peintre et sculpteur français
(Paris 1848 - Atuona, Hiva-oa, îles Marquises, 1903).

Dès sa petite enfance, il est marqué par de nombreux voyages et par un séjour au Pérou, pays d'origine de sa grand-mère maternelle, la saint-simonienne Flora Tristan.
Il entreprend des études à Orléans ; en 1865, il s'engage dans la marine. La guerre terminée, il travaille à partir de 1871 comme remisier pour l'agent de change Bertin ; il rencontre le peintre Schuffenecker, qui lui fait connaître l'art impressionniste.
Marié en 1873 à une jeune et riche Danoise, Mette Gad, Gauguin se lie d'amitié avec Pissarro, commence à peindre, à sculpter et à modeler des céramiques ; il participera aux expositions du groupe impressionniste de 1879 à 1886.

En 1883, la crise économique le contraint à quitter la Bourse et il doit renoncer à son existence bourgeoise.
De 1886 à 1889, il se rend à Panamá, à la Martinique et fait de nombreux séjours en Bretagne, où, à Pont-Aven, il se lie avec Émile Bernard.
Son expérience de la couleur assimile le cloisonnisme et le symbolisme dans une vision synthétique qui donne naissance à de nombreuses œuvres : La Vision après le sermon (1888, Édimbourg, National Gallery) ou le Christ jaune (1889, Buffalo, Albright-Knox Art Gallery) surprennent par leur audace chromatique et leur primitivisme.

L'école de Pont-Aven, par l'intermédiaire de Paul Sérusier, fait des émules auprès des futurs nabis (Maurice Denis, Pierre Bonnard, Édouard Vuillard). En 1888, Gauguin rejoint Vincent W. Van Gogh en Arles, où leurs tempéraments s'affrontent. Il rapporte de son bref séjour une toile aux couleurs flamboyantes et contrastées : Les Alyscamps (1888, Paris, musée d'Orsay).

Abandonnant les réunions littéraires du café Voltaire, il prépare son premier séjour à Tahiti après avoir peint La Perte du pucelage (1890-1891, Norfolk, The Chrysler Museum) et sculpté des bas-reliefs à l'accent primitif (Soyez mystérieuses, 1890, Paris, musée d'Orsay). À Tahiti, Gauguin s'intéresse aux légendes et mythes locaux, qu'il fond dans le creuset d'un syncrétisme paisible et formel (Le Paysage au paon, 1892, Moscou, musée Pouchkine).

De retour en France jusqu'en 1895, il réalise des gravures sur bois destinées à l'illustre Noa Noa (1901), livre consacré aux cultes tahitiens ; la nostalgie de Tahiti est présente dans l'idole de Mahana no atua (" Le Jour de Dieu ", 1894, Chicago, Art Institute), entourée de danseuses, de porteuses d'offrandes et d'une joueuse de flûte. Gauguin retourne à Tahiti en 1895. Sa situation morale, financière n'est pas brillante, mais sa peinture est une vibrante injonction à réfléchir au destin de l'homme (D'où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ?, 1897, Boston, Museum of Fine Arts). Pour sa Maison du jouir, à Atuona, il sculpte des panneaux sur bois (1902, Paris, musée d'Orsay).

Dans sa révolte contre une conception de la peinture " témoin du réel ", il a ouvert les voies suivies par les symbolistes, puis par les fauves et les expressionnistes allemands. Il s'est attaché à entraîner l'artiste vers cette force intérieure qui doit être l'unique objet de l'art. Son exemple connaîtra une exceptionnelle postérité.

Cliquez ici pour découvrit la biographie complète de Gauguin.


Brel Jacques
Auteur, compositeur et interprète belge (Bruxelles 1929 - Bobigny 1978).
Fils d'un industriel belge, Jacques Brel débute en 1953 en chantant au théâtre des Trois-Baudets, sur la butte Montmartre, à Paris. Ses premières chansons sont marquées par une nette inspiration catholique (Quand on n'a que l'amour). Par la suite, ses textes, souvent amers, acquièrent une force corrosive peu commune (Ces gens-là, Les Flamandes). Avec Jeff ou Ne me quitte pas, Brel démontre qu'il est aussi un poète de la douleur. Ses chansons sont très vite traduites dans de nombreuses langues (la plupart des versions anglaises sont dues à Mort Shuman). Amsterdam (1965) connaît ainsi un succès international et a notamment été reprise par David Bowie. Sur scène, Brel donne le meilleur de lui-même et incarne la souffrance dans ses textes.

En 1967, Jacques Brel abandonne la scène. Il présente ce qu'il espère être son chef-d'œuvre, l'opéra L'Homme de la Mancha, mais le succès n'est pas au rendez-vous. Il commence une carrière d'acteur dans Les Risques du métier d'André Cayatte (1967) et Mon oncle Benjamin, d'Édouard Molinaro (1969), réalise deux films, Franz (1972) et Far West (1973). Il joue également aux côtés de Lino Ventura dans L'Emmerdeur, d'Édouard Molinaro (1973). Malade, épuisé, il part aux îles Marquises, d'où il enverra un dernier disque Les Marquises.








NOMBRE DE VISITEURS ACTUELLEMENT
EN VISITE CE JOUR SUR CE SITE