PAS D'AVIONS AU DESSUS DE NOS TETES
 


un nouveau couloir aérien sur Evry libéré par l'armée
un avion toutes les 5 minutes sur nos tête
250 000 personnes concernées


10 % d'augmentation du trafic aérien en 1999


les conséquences pour les habitants des passages d'avions intensifs
troubles physiologiques et épidémiologiques importants

un déséquilibre sociologique qui va s'accentuer avec le départ massif de la population la plus riche
une dépréciation de l'immobilier


 
Un projet d'Aéroport de Paris et de l'Aviation Civile indique la possibilité d'utiliser le ciel de la région d'Evry pour le passage de plus de 200 avions par jour (soit un toutes les cinq minutes) d'ici 2 ans.
Une population estimée à plus de 250 000 personnes est concernée (Evry, Bondoufle, Lisses, Courcouronnes, Corbeil, Brétigny, Ris, Soisy, Etiolles...).

LES RAISONS
Le déménagement du centre d'essais en vol (CEV) de Brétigny à Istres et Cazaux libère un espace aérien appartenant à l'armée au dessus de notre région et qui était relativement peu utilisé.
Dans le même temps une quatrième piste doit être ouverte à Roissy, afin de prendre en compte une augmentation sensible et continue du trafic aérien (près de 10 % en 1999, soit l'équivalent de 40 000 mouvements avions). Dans ce cadre une révision de l'organisation des flux de circulation aérienne est en cours de réalisation.


LES CONSEQUENCES POUR LES HABITANTS
Si ce projet était mis en application le passage d'un avion toutes les cinq minutes serait constaté entre 7h et 22h. Probablement la nuit des avions seraient également entendus (10 % du trafic de jour est autorisé la nuit). Les nuisances ainsi supportées seront importantes. Les avions arriveraient sur notre région par le sud d'Orly, en configuration face à l'ouest.

De nombreuses études scientifiques démontrent des conséquence négatives sur la santé des habitants supportant ainsi un bruit intensif (troubles physiologiques et épidémiologiques).

Les nuisances posent également un vrai problème social. A Evry par exemple la priorité absolue de la Municipalité de Gauche est de maintenir un équilibre sociologique de la population afin que tous les habitants se sentent "biens dans leur ville". Des études démontrent que dans des situations équivalentes dans d'autres villes, les nuisances sonores entraînent une dépréciation de l'immobilier et le départ massif des personnes disposants de moyens hors de la ville. L'équilibre sociologique déjà fragile serait rompu avec le risque d'une dégradation générale de la vie des Evryens.

Des études indiquent également que le nombre de fanciliens prenant l'avion au moins une fois par an va plafonner autour de 50 %. Les 50 autres qui sont les plus pauvres, vont donc devoir subir les avions, sans jamais les utiliser.




suite page suivante